Mona Hatoum (1994)

De catalogue raisonné des expositions
Aller à : navigation, rechercher
Fiche signalétique
Titre exact Mona Hatoum
Autre titre
Date d'ouverture 1994/06/08
Date de clôture 1994/09/12
Type(s) d'exposition exposition monographique
Espace(s) d'exposition Galerie Sud, Le Studio
Commissaire(s) d'exposition Christine Van Assche
Service(s) initiateur(s) MNAM-CCI
Affiche
©MNAM-CCI, Centre Pompidou


Présentation de l'exposition

Description

"L'exposition retrace sur une période de onze années le parcours de [Mona Hatoum] dont l'oeuvre est arrivée à maturité. [Une sélection d’œuvres de l'artiste datant de 1983 à 1994 est ainsi présentée pour la première fois en France.] Si les trois vidéos montrées sont proches d’une tendance biographique (So Much I Want to Say, 1983, Changing Parts, 1984, et Measures of Distances, 1988), les trois installations choisies (The Light at the End, 1989, Light Sentence, 1992, et enfin Corps étranger, 1994) forment, quant à elles, une ouverture vers une analyse plus globale des relations entre le privé et le public, l’intime et le politique, relations au sein desquelles se trouve intrinsèquement impliqué le spectateur.

[…] Mona Hatoum a pris conscience que l’identité comme construction historique ouvre un vaste champ dans lequel on peut modifier et changer son propre statu quo social, culturel et politique, lutter pour ses droits, bien plutôt que définir sa liberté.

[Après avoir eu recours à la performance,] Hatoum renforce cette conviction dans ses vidéos (Changing Parts, Measures of Distance) en situant le problème de l’identité dans un vaste espace-temps, quelque part entre la réalité et la mémoire, la mère et la fille, la patrie et l’exil, l’Occident et l’Orient…[…]"[1].

Genèse du projet

Germain Viatte, directeur du Mnam en 1994, est à l'origine de la programmation de cette exposition dont le commissariat a été confié à Christine Van Assche. Il s'agit [pour l'exposition Mona Hatoum], comme pour les expositions récentes de la même série ( Gary Hill , Stan Douglas ), d'une réflexion abordant par des chemins certes différents le vaste champ auquel donne accès l'image contemporaine, ses relations avec l'espace et l'architecture, et enfin les rapports désormais incontournables entre le spectateur et l'oeuvre.[2]

Les dates de programmation de l'exposition ont fait l'objet de nombreux changements au cours de l'année 1993. Plusieurs propositions ont été faites tentant de s'adapter autant, à la programmation du Centre, qu'à l'emploi du temps de l'artiste.

Dans une volonté d'établir des liens entre les expositions du Centre, une première proposition programme l'exposition Mona Hatoum en mars-avril 1994 :

"[Date idéale] afin d'établir une liaison entre [l'oeuvre de Mona Hatoum] centrée sur la question du corps et les recherches sur le corps scientifique dans la Revue virtuelle . Une première liaison pourrait s'établir naturellement entre l'art contemporain et les technologies d'aujourd'hui" [3].

Une autre proposition programme l'exposition entre octobre et décembre 1994. Cependant l'artiste n'étant pas disponible à cette période, une date à la mi-juin est proposée.

C'est donc du 8 juin au 22 août 1994 que l'exposition est prévue avant d'être finalement prolongée jusqu'au 12 septembre 1994 suite à certains mouvements de programmation.

Ces changements ou "difficultés" de choix des dates ont conduit à l'envoi tardif des propositions d'itinérance à d'autres musées. La courte période sur laquelle les musées intéressés auraient dû réaliser l'exposition, les a conduits à refuser la proposition d'itinérance.

Scénographie

L'exposition, [étendue sur trois salles en enfilade], est composée de trois bandes vidéo qui ponctuent sa trajectoire d'éléments clefs : So Much I Want to Say (1983) ; Changing Parts (1984) ; Measures of Distance (1988) réalisées par l'artiste associant ici des éléments de performances filmées et des images tournées pour ces vidéos ; ainsi que trois installations : Light Sentence (1992) et The Light at the End (1989). La première est un volume en forme de "U" composé d’éléments métalliques (de cages d'animaux en l'occurrence), d'une ampoule mobile et d'une multitude d'ombres habitant les murs ; la deuxième est également un couloir allongé en forme de triangle au bout duquel un cadre métallique entoure des barreaux chauffants. La dernière oeuvre Corps Etranger (1994), est un cylindre habité par une installation audiovisuelle, comportant une composition sonore à partir d'éléments émis par certains organes du corps de l'artiste et d'images filmées à la surface et à l'intérieur de son propre corps. Cette installation est créée à l'occasion de l'exposition.[4]

Le plan de l'exposition et l'implantation des œuvres ont fait l'objet de plusieurs propositions dont une de l'artiste. Cette dernière prenait en compte le projet de l'installation Corps étranger dont le titre provisoire était à l'époque Probe. Mona Hatoum fait ainsi une première proposition, en octobre 1993, pour l'installation qu'elle transmet à Christine Van Assche.

Ce premier plan d'installation consiste en la réalisation d'une structure cubique fermée, à l'intérieur de laquelle seraient projetées, sur un écran incliné, les images. Le visiteur peut voir l'écran par une ouverture rectangulaire aménagée dans la structure cubique.

Cette installation selon le plan de Mona Hatoum aurait pris place dans la seconde salle d'exposition, la pièce centrale. Cependant l'artiste n'est pas satisfaite de cette proposition d'installation. Elle souhaite "quelque chose de plus simple et considère [alors l'idée de projeter] directement sur le sol soit comme une projection vertical circulaire qui tourne doucement [...] ou dans un container à l'intérieur duquel il faut regarder, la surface du container étant inférieur au niveau du sol."[5].

C'est finalement, semble-t-il, une combinaison de ces deux idées qui est retenue pour l'installation que l'on connait aujourd'hui sous le titre Corps étranger. "Cette installation vidéo consiste en une cellule cylindrique dans laquelle il est possible de pénétrer par deux portes étroites qui se font face. Une image vidéo circulaire est projetée sur le sol. Elle occupe l'espace central, laissant libre, tout autour, une bande étroite qui donne au spectateur la possibilité, soit de circuler autour de l'image et de la regarder de près, soit de marcher sur 'l'écran'"[6].

La réalisation du plan final de cette installation permet ainsi à l'équipe du Centre, et notamment Laurence Fontaine, scénographe, de proposer différents plan d'exposition entre février et mars de l'année 1994. Le plan retenu détermine la première salle comme salle vidéo qui présente donc les trois vidéos choisies pour l'exposition. Ces vidéos sont diffusées sur quatre moniteurs disposés par deux sur des socles noirs dans deux angles opposés de la pièce. Face à chaque paire de moniteurs, deux bancs noirs sont à disposition des visiteurs. Dans la seconde salle une reconfiguration de l'espace est effectuée pour accueillir les œuvres. Une cimaise est mise en place et crée un couloir de circulation entre la première et la deuxième salle. Cette cimaise permet également de créer un espace plus fermé nécessaire à l'oeuvre Light Sentence. "Dans [cette] pièce sans fenêtres, deux rangées de casiers vides, construits en treillage métallique, sont empilés, dépassant la taille humaine. Leur porte demeure en direction du centre de l'espace. Ces casiers se rejoignent au fond de la pièce créant une structure en forme de 'U'. Une ampoule, suspendue au bout d'un fil au centre de la structure, descend lentement au moyen d'un moteur électrique et projette des ombres imposantes qui bougent avec le mouvement de l'ampoule. [...]"[7]. Dans l'espace de cette deuxième salle un second espace est construit pour accueillir l'oeuvre The Light at the End. Il s'agit d'une petite pièce supplémentaire accessible par la troisième salle. L'entrée dans cette pièce plonge le visiteur dans un espace sombre, aux murs bruns, qui se rétrécie vers le fond tel un entonnoir. "Cinq éléments chauffants [maintenus] verticalement par une grille métallique [sont] placés au fond [de cet] espace qui se rétrécit progressivement"[8]. Enfin la dernière oeuvre Corps étranger est disposée au centre de la troisième salle. Le visiteur a ainsi le choix entre deux ouvertures intrigantes, celle de Corps étranger ou celle de The Light at the End.

Nombre de salles : 3

Surface d'exposition : 125m2

Plan:
©MNAM-CCI, Centre Pompidou



Vues de l'exposition (sélection)





Organisation

Equipe

Christine van Assche (Centre Pompidou) : Commissaire.
Marie-Odile Peynet (Centre Pompidou) : Assistante.
Laurence Fontaine : Architecte.
Martine Silie : Service des exposition.
Annie Boucher (Centre Pompidou) : Régie des œuvres.
Bruno Veret (Centre Pompidou) : Régie des œuvres.
Claude Baleur et les ateliers (Centre Pompidou) : Régie des espaces.
Haroutioun Bezdjian et son équipe (Centre Pompidou) : Moyens techniques audiovisuels.
Murielle dos Santos (Centre Pompidou) : Chargée de production.
Nicole Karoubi et Isabelle Cogniat (Centre Pompidou) : Attachées de presse.
Philippe Migeat : Photographe.


Partenaires

The British Council, Paris, France : Co-édition de l'affiche, aide à la réalisation de la réception lors du vernissage.


Itinérances



Budget

Budget total : 490 000 francs[9]



Expôts

Remarque d'ordre général : Sinistre sur l'oeuvre Light Sentence. "Il semble que la cause principale du sinitre ayant endommagé le moteur de l'oeuvre soit l'action d'une personne du public. Cette oeuvre composée de 36 casiers métalliques disposés en fer à cheval a en son centre une ampoule [...] suspendue à un fil électrique qui monte et qui descend. Le moteur actionnant la montée et la descente de [l'ampoule] est fixé au dessus du plafond et est inaccessible au public. Une personne a donc du tiré sur le fil forçant l'action du moteur qui a été depuis lors refait par les soins de l'artiste." [10]

Artistes et oeuvres exposés

Mona Hatoum, So Much I Want to Say (1983). Cette oeuvre a été acquise par le MNAM après l'exposition. N° inventaire AM 1994-273. Localisation : Salle 1

Mona Hatoum, Changing Parts (1984). Cette oeuvre a été acquise par le MNAM après l'exposition. N° inventaire AM 1990-187. Localisation : Salle 1

Mona Hatoum, Measure of Distance (1988). Cette oeuvre a été acquise par le MNAM après l'exposition. N° inventaire AM 1990-186. Localisation : Salle 1

Mona Hatoum, The Light at the End (1989). Prêt, Collection du Arts Council of Great Britain, Londres. Localisation : Salle 2

Mona Hatoum, Light Sentence (1992). Prêt, Achat de l'Etat, 1994 ; attribution au Centre Pompidou, Musée national d'art moderne/Centre de création industrielle, 2008.. Cette oeuvre a été acquise par le MNAM après l'exposition. N° inventaire AM 2009-56. Localisation : Salle 2

Mona Hatoum, Corps étranger[11] (1994). Cette oeuvre a été acquise par le MNAM après l'exposition. N° inventaire AM 1994-104. Localisation : Salle 3


Documents exposés


Autres objets exposés


Public et médiation






Manifestations en relation



Production éditoriale et supports de communication

Mona Hatoum, éd.Centre Pompidou, (1994). [CATALOGUE D'EXPOSITION] Localisation : Bibliothèque Kandinsky sous la cote : EXPO 1994 6
Nicole Karoubi (Attachée de presse), Direction de la communication, Mona Hatoum., éd. Centre Pompidou (1994). [DOSSIER DE PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote DP 1995052. Voir la ressource en ligne
Nathalie Garnier, Nicolas Ragonneau, Expositions de la Galerie sud : la Galerie avec "Marisa Merz", du 16 février au 2 mai 1994, "Erik Dietman", du 15 juin au 29 août 1994, "Stan Douglas", du 12 janvier au 6 février 1994 - le Studio (mezzanine) avec "John Coplans", du 2 au 27 mars 1994, et "Mona Hatoum", du 8 juin au 22 aôut 1994., éd. Centre Pompidou (1994). [REVUE DE PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote RP 2002039.
Nathalie Garnier, Nicolas Ragonneau, Expositions de la Galerie sud : la Galerie avec "Marisa Merz", du 16 février au 2 mai 1994, "Erik Dietman", du 15 juin au 29 août 1994, "Stan Douglas", du 12 janvier au 6 février 1994 - le Studio (mezzanine) avec "John Coplans", du 2 au 27 mars 1994, et "Mona Hatoum", du 8 juin au 22 aôut 1994., éd. Centre Pompidou (1994). [REVUE DE PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote RP 2002040.
Crhistine Van Assche, Mona Hatoum., éd. Centre Pompidou (1994). [COMMUNIQUE DE PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote CMP 2011090.


Archives, sources primaires

Mona Hatoum. (1994), service producteur : MUSEE NATIONAL D'ART MODERNE. [AFFICHE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote AF 9400197.
Préparation de manifestation Art 1 à 13 : Régie des œuvres des manifestations : Correspondance, feuilles de prêt, constats, listes d’œuvres, sinistres, bons de livraison, assurance, transport. [...] Art 12 : [...] "Mona Hatoum" [...]. service producteur : DIRECTION DE LA PRODUCTION / REGIE DES OEUVRES. [CORRESPONDANCE / FEUILLE DE PRET / CONSTAT / LISTE D'OEUVRES / SINISTRE / BON DE LIVRAISON / ASSURANCE / TRANSPORT] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W081 12.
Itinérance / Organisation / Préparation de manifestation Art 8 à 17 : Préparation et organisation de manifestations : Correspondance, notes, listes d'oeuvres, budget, feuilles de prêt, conventions, contrats, documentation, presse. [...] Art 9 : "Mona Hatoum", 1994. [...] service producteur : DIRECTION DES MANIFESTATIONS ET DES SPECTACLES / SERVICE DES MANIFESTATIONS. [CORRESPONDANCE / NOTE / LISTE D'OEUVRES / BUDGET / FEUILLE DE PRET / CONVENTIONS / CONSTAT / DOCUMENTATION / PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W083 9.
Préparation de manifestation / Promotion Art 8 : Dossier de presse préparation : "Mona Hatoum" [...] service producteur : DIRECTION DE LA COMMUNICATION / PRESSE. [DOSSIER DE PRESSE] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W102 8.
Art 44 : Expositions : [...] "Mona Hatoum" [...] reports (échantillon) (1994), service producteur : MNAM-CCI / SERVICE ADMINISTRATIF ET FINANCIER. Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W045 44.
Préparation de manifestation Art 4 : Exposition [...] et au Studio Mona Hatoum : plans, planning, budget, correspondances. (1994), service producteur : DIRECTION DE LA PRODUCTION / ARCHITECTURE ET REALISATIONS MUSEOGRAPHIQUES. [BUDGET / CORRESPONDANCE / PLAN] Localisation : Archives du Centre Pompidou sous la cote 2004W019 4.


Bibliographie

Clémentine de La Reberdière, Samuel Beckett (2007), Mona Hatoum (1994) et la chute de l’humanisme [ARTICLE DU CARNET DE RECHERCHE] Voir la ressource en ligne


Notes

  1. D’après Hou Hanru, Le Magazine, n°81, 15 mai-15 juillet 1994, et le dossier de presse, p.1
  2. Extrait du catalogue de l'exposition, p.10
  3. Correspondance de Christine Van Assche à Germain Viatte , le 2 avril 1993 - disponible aux Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W083 9
  4. Extrait du catalogue de l'exposition, pp.12-13
  5. Extrait d'une correspondance de Mona Hatoum à Christine Van Assche, disponible aux Archives du Centre Pompidou. Traduit de l'anglais "I would like something more simple and I am considering projecting directly on the floor either as a circular vertical projection that turns slowly [...] or within a container that you have to look into, the surface of which is below floor level."
  6. Extrait d'un communiqué du Centre Pompidou, disponible aux Archives
  7. Extrait d'un communiqué du Centre Pompidou, disponible aux Archives
  8. Extrait d'un communiqué du Centre Pompidou, disponible aux Archives
  9. Document sur les dépenses de fonctionnement disponible aux Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W083 9
  10. Rapport sinistre - disponible aux Archives du Centre Pompidou sous la cote 1997W081 12
  11. Cette installation est créée à l'occasion de l'exposition. Elle est toutefois en gestation depuis 1980.
Faits relatifs à Mona Hatoum (1994) — Recherche de pages similaires avec +.Voir comme RDF
A pour commissaireChristine Van Assche +
AfficheFichier:AF 9400197.jpg +
ArtisteMona Hatoum +
Date début8 juin 1994 +
Date fin12 septembre 1994 +
Espace d'expositionGalerie Sud + et Le Studio +
PlanFichier:planMonaHatoum1994.jpg +
Service initiateurMNAM-CCI +
Type d'expositionexposition monographique +